Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 
02/06/2008 19:03:20
A l'école de la Boutouchère, on ne m'a pas appris à faire des belles phrases comme j'en lis sur votre site, et le jeudi et le dimanche, j'aimais mieux courir les champs et les bois avec mes frères(D'ailleurs bien des vipères y ont laissé leur peau) que de faire mes leçons, eh ben résultat, je sais à peine écrire.Bien à vous Monsieur Halbert, "mais qui êtes vous Monsieur?"
M. de la Boutouchère
 
29/05/2008 13:02:11
Vous poursuivez votre belle route de poète et le joli livre qui en résulte, aujourd'hui, est un jalon de plus de votre talent. Il ne ressemble à aucun autre; l'esprit, oserai-je dire, de vos trouvailles poétiques est plus doux que la soie où l'on devra conserver, entre autres exemples, cette merveille: -ce Temps qui tinte au fond des saisons perdues /comme un diapason de chair / dans un puits aveugle Votre "soeur tourière" vous inspire, ce qui est le contraire d'une surprise, mais il n'y a pas qu'elle ! nous le savons, et vous saurez affirmer l'indocilité de votre mélodie - Sur chaque corde et dans chaque chemin...
Lucien Guérinel, compositeur
 
25/05/2008 22:36:38
Depuis près de deux semaines, au fil des relectures, je fais, je laisse résonner longuement – et lentano – ta Chanterelle Hommage à Sainte Cécile, qui mérite bien en effet une méditation attentive. De la disposition décalée des lignes, où je vois / j'entends l'égrènement de notes, arpèges, mesures, jusqu'au complexe entrelacement de révérence-amour, cruauté, connivence entre le locuteur-poète et la sainte, en passant par l'incertitude égarante concernant certains noms et identités, le lecteur peut trouver vaste matière au plaisir poétique, qui s'apparente si souvent pour moi à la ferveur d'un regratteur fasciné de palimpseste !
Martine Morillon-Carreau
 
25/05/2008 21:08:31
Bien aimé ta Cécile! J'étais un peu inquiet, au départ, de cette annexion par le Marais chrétien mais j'ai pu vérifier qu'elle t'appartenait bien tout entière, cette Cécile si peu orthodoxe voire iconoclaste, même si je ne crois pas que les vrais musiciens soient recrutés parmi les saints. Je crois en revanche que ton écriture se décante et affrirme, ici, ce qui fait la singularité de ta voix dont la formule, certes un peu facile, tiendrait à ce que tu nommes toi-même "poésique".Bref tu es peut-être une sorte de Rimbaud qui aurait lu Mallarmé...
Philippe Arnaud
 
22/05/2008 12:46:27
Dès la première page de ton recueil et tout au long de sa lecture, on respire cet odeur de lys et de rose qui emplit la maison de Cécile, après que l'ange l'eut enseignée. Quelles belles émotions je dois à cette association pleinement réussie de l'histoire et de la légende, de la musique et de la poésie. Tu possèdes au mieux cet art de la brièveté qui hausse un vers unique à la dimension d'un poème,et c'est très beau.
Serge Wellens