Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 
10/10/2008 14:34:21
JMG Le Clézio est aujourd'hui nobélisé. Je n'oublie pas qu'il fut l'un de vos fervents soutiens (pour Ornements des dieux). Cet "explorateur de l'humanité", tel que le décrit dans ses attendus l'académie suédoise, vous avait donc connu et reconnu. Je suis fière de lui, et fière de vous.
S.
 
24/09/2008 11:39:55
Chanterelle nous livre une poésie aux intenses accents spirituels, empreints d'attention à la souffrance humaine, mais aussi et surtout de son message en terme de sublimation vers l'art, qu'il soit musical ou poétique. Ce poème, écrit sous forme de prière pour la plupart de ses pages, appelle au silence, à la méditation, à la "rumination tranquille" des images dures et tendres qui l'émaillent en alternance. Prière exaucée !
Marie Népote
 
01/09/2008 18:46:31
Ton recueil "Chanterelle" est excellent, mais je n'ai jamais douté de ta poésie. Il y a là une élégance, une grâce qui touche à la musique des sphères! La présentation est également réussie.
Raymond Beyeler, poète
 
14/08/2008 09:43:06
J'ai retrouvé dans Chanterelle la thématique et le coup de patte des recueils précédents, notamment ton exploration "poésique", ta veine "franciscaine" ainsi qu'une architecture toujours très élaborée, avec ici une composition en forme de retable. Je suis toujours autant séduit par l'éclat "lapidaire" de tes séquences en versets cadencés que par la subtile beauté de la prose poétique de tes "prédelles" dans lesquelles tu offres au lecteur la quintessence magique de lectures érudites. J'ai également bien aimé ce remarquable jeu de correspondances entre peinture, sculpture et musique. Ce qui m'a surtout frappé, c'est la présence quasi récurrente de l'oxymore dans l'évocation du martyre de sainte Cécile - une sorte de "crucifixion en rose", pour reprendre le titre de la fameuse trilogie de Miller.
Hubert Bricaud
 
13/08/2008 18:12:24
Peinture, sculpture, et musique nourrissent ce poème, "chant libre", écriture qui se veut à juste titre "Poésique". Désormais,avec les musiciens,les poètes pourront invoquer-évoquer sainte Cécile "la soeur tourière des poètes et du silence"...
Yves Cosson, poète.