Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 
05/04/2012 12:51:22
S'il vrai que la Loire vous a dpos dans son estuaire, vous en remontez magnifiquement le cours, pote inspir qui boit " la source d'ardeur "... " dans les veines souterraines de l'enfance ". Quel premier coup magistral pour un livre ! Mais il faudrait citer tant de merveilles que ma lettre rcrirait votre almanach. Je ne lis pas, certes, tous les potes d'aujourd'hui, mais cela ne m'empche pas de vous considrer comme une haute figure de notre temps : vous devriez tre chez Gallimard. Et je n'ai pas attendu, vous le savez bien, votre remonte de Loire pour avoir ce sentiment.
Lucien Gurinel, compositeur
 
02/04/2012 10:44:17
J'ai trouv ton recueil sur ma table en arrivant Nantes et ce fut la premire (et quelle !) bouffe d'air frais du week-end. Les lves demandent souvent leurs professeurs quoi la posie peut bien servir. Qu'ils lisent Le Fleuve et le Rocher, ils y trouveront la rponse qu'ils cherchent : la posie sert nous dsaltrer sans nous ter notre soif. Tes quatre saisons, pardon cinq, chantent, en effet, la Loire dans un jeu de synesthsies d'une richesse et d'une puissance de suggestion comme on n'en a plus gure connu depuis que la posie s'est mise en tte de faire sa "crise". Car tu ne nous fais pas seulement voir mais entendre, respirer, goter, pntrer et finalement charrier par les grandes eaux de ta Rvire, tels ces "iris des marais au rire aigri de pirates" qui bordent ses rives. Et tu nous offres ce nouveau voyage avec cette savante dsinvolture et cette rudition sans rien en elle qui pse ou qui pose qui nous est familire depuis Danse de Terre. Sans doute ton livre est-il de ceux que l'on reprendra pour y dcouvrir tel effet de mascaret ou telle alluvion qui aura chapp notre premire lecture (au reste la vraie sinon la seule), mais n'est-ce pas la marque de ceux qui resteront ? Et de quels autres peut-on en dire autant aujourd'hui? Ce qui me semble beau, c'est surtout cette parfaite matrise de ce que Barthes appelle "marcottage" (et le mot ni la chose ne sont faits, je crois, pour te dplaire), ce rseau d'amorces et d'chos qui compose cette musique singulire, dans cette tonalit qui n'appartient qu' toi, et que tu nommes "posique". J'ajouterai ici seulement que si la posie est encore vivante aujourd'hui, c'est dans ce travail qui, comme le tien, parvient faire chanter les sources vives de la cration en un filet de voix o celle du franciscain ctoie, par-del les sicles, celle du rappeur, o se rassemblent et s'unissent toutes celles qui peuplent le divin fleuve. Bon vent ce bateau livre auquel je souhaite mille et trois lecteurs mozartiens et (ou ?) rabelaisiens. Pour commencer...
Philippe Arnaud, critique littraire
 
01/04/2012 17:07:50
Avec le Fleuve et le Rocher, Roland, vous inscrivez votre nom dans la ligne des potes de la Loire, mais vous le faites d'une manire trs diffrente des classiques, d'une faon tonnante, incongrue parfois: les apports les plus divers, les citations, les morceaux d'archives, s'intgrent dans le flux du recueil, dluge d'images, maelstrm de sonorits...Vous crivez ainsi une nouvelle page, originale et surprenante, non dnue d'humour, dans l'histoire dj longue de la posie fluviale.
Marie-Nolle Hpital
 
31/03/2012 12:50:03
Roro, Je vais essayer de te le dire tout simplement, comme a , ce s'ra rgl d'entre d'jeu : tu as fait un trs beau et trs grand livre . Vraiment , si la posique existe , elle n'a jamais exist aussi haut . J'ai plusieurs fois tir ma gabarre sous l'ermitage des Petits-Capucins . J'en croyais le fond plat mais j'ai sans cesse accroch au fond, aux rives , au ciel . Quel flot ! J'ai bien tent de prendre mon lan sur les 4 premiers flux , mais le dernier est long , long, long, long. Et si fort . J'y suis encore . Je reste accroch l'aubpine des prodiges. Je manque d'entranement . J'attends des leons de navigation du Lord !il sait, lui, rgler la cadence des haubans et des chevaux ... Pour l'instant, je retourne m'asseoir au bord du Fleuve et tenter une bonne fois d'en tracer le schma. Prte-moi ton doigt d'alluvions . Mais dis-moi Roro, quand irons-nous aux les retrouver nos Lolas, avec ta belle chemise bleue? Par virer ?
Youssef du GGPCF
 
31/03/2012 10:32:03
L'Histoire en filigrane nous accompagne sur ce fleuve au fil des poques, des saisons. Nous voici embarqus dans les mots assembls comme seul sait le faire Roland ! "Et la vie va son cours de vaisseau emport pareil au bassin mouvant des femmes" ! C'est sublime ! Et le dictionnaire lectronique : traduction de notre poque, tellement bien vue, humour en sus. Un livre d'rudit, d'homme discret et tellement sensible. Merci Roland de nous donner lire ton criture. MOG
MOG