Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 
01/06/2018 15:05:49
"L't en morceaux" la relecture encore plus beau
BOREE Dominique
 
24/05/2018 16:49:01
J'aime normment "le parloir aux oiseaux', un ouvrage qu'on ne peut lire et comprendre en une seule fois. Chaque strophe renferme, sa musique, un secret que l'on ne peroit pas immdiatement, en plus des rfrences classiques que certains connaissent. Toutes les civilisations ont peru les oiseaux comme des messagers particuliers: pour les Grecs et les Chinois, le mystre, la divination... pour les Thalandais, l'esprit(un dieu a une tte d'oiseau). cf.p.118, la chouette du Sitchouan. pour les boudhistes zen, la mditation, la sortie du corps, la spiritualit. pour les potes franais, la libert, cf.p.118, l'albatros des Galapagos il est l, l, l, Salut baudelaire. Pour Franois d'Assise(que je pressens mdium), et tout croyant, il entend leur langue (ils ne chantent pas, ils parlent) il s'agit de comprendre le sens de la nature dans l'univers, lui rendre hommage. Roland Halbert, virtuosit, pratique aussi l'exercice de la mise en ABYME. Chaque strophe ouvre un autre espace l'infini. Tout scande mouvement, rythme, envol, voyage... Chaque fois que je relis ces jeux de mots, sonorits, j'y dcouvre souvenirs, impressions personnelles, motions enfouies... J'ai lu certaines analyses des ouvrages de Roland, reconnaissant l'rudition, sensibilit, talent. Tout reste pertinent. Apparemment, il n'y a rien rajouter, tout est dit. Mais rien n'est jamais termin. La magie de l'art opre dans ses dimensions caches, son renouvellement perptuel, pour chaque lecteur. Je ne parle pas ici des ouvrages mdiocres qui remplissent les librairies actuellement. Je parle ici de l'Art vrai, qui offre la sincrit, l'intelligence,la joie. Merci toi, Roland, prcieux crivain et pote.
Danile Joly-de Tromelin.
 
22/05/2018 19:50:52
Le haku porte en lui une contradiction qui fait d'ailleurs son charme. Dlicat, il suggre, vitant toujours de nommer, pourtant il est aussi une pointe acre qui vise au cur; c'est pourquoi il appelle le silence afin de garder longtemps la vibration gnre. Les hakus de "L'Et en morceaux" suivent le parcours d'une saison en enfer, le temps de l'preuve depuis l'opration chirurgicale jusqu'au chant de l'espoir. Nettes, vibrantes, ces vivantes ellipses - chacune est une soucoupe volante - font signe un humour, parfois douloureux, toujours infiniment subtil. Entre pure douleur, doute et rassurance, ces 103 hakus sont, comme toute l'uvre de Roland Halbert, touchs par la grce, peut-tre plus encore que le reste de l'uvre car ils sont tirs de la chair. Arriver cette lgret arienne, tout dire avec presque rien, c'est possder avec la matrise de l'art du haku, un immense talent.
Catherine Decours, romancire
 
15/05/2018 16:12:19
Cher Roland, je te remercie pour le beau livre que tu m'as envoy, le trs beau livre mme, et sur tous les plans : littraire comme esthtique. Tu m'en avais faire lire le manuscrit il y a - deux ans ? Je le retrouve magnifi dans ce superbe ouvrage qui va droit l'essentiel. J'ai dcouvert Sumitaku l'an dernier; j'ai retrouv chez toi la mme rigueur morale quant l'intgrit du dire, le mme courage aussi, courage existentiel et courage physique. Mme abandon la posie en un moment o la plupart aurait tendance se recroqueviller sur leur douleur : chapeau, l'homme!
Christophe Jubien, pote hakiste
 
06/05/2018 23:11:16
Cher Roland, finalement, mon "emploi du temps" sest ouvert comme une fleur de printemps et jai lu, en prenant tout le soin ncessaire, ton nouveau recueil LT EN MORCEAUX, toujours aussi impeccablement mis en page, imprim et dit chez FRAction. Difficile de commenter un tel recueil, car il ne sagit pas dune banale balade potique, dun parcours bucolique quon peut arpenter la lgre, la fleur la bouche Il y va de la vie dun homme (la tienne), et on sent chaque ligne, chaque page lpreuve abrupte que tu as traverse. Avec pudeur, sans sensationnalisme comme il sied au haku, mais aussi sans dulcoration ni concession, on traverse toutes les tapes de cette alchimie qui mne la gurison. La nuit noire du premier diagnostic, le blanc du plafond de la chambre qui absorbe tout, et puis le rouge du sang dlest ( le rouge-queue qui chante nouveau lespoir, au dernier chapitre du livre)... Page aprs page, nous sommes avec toi, tes cts, parfois mme, en de brefs instants dinterpntration potique, ta place On mesure qutre gravement malade, cest tout abandonner (ou presque). Tout lcher. Tout simplifier. Aller los. Puis la moelle. la substance premire. Cest aussi un immense jeu de patience o le temps se dilate jusquau vertige, la nause, lblouissement : et on mesure alors le double sens du mot patient quon utilise aussi pour parler des malades. La phrase des vangiles Soyez passants pourrait devenir sous ta plume : Soyez patients Ton style est unique, reconnaissable dun livre l'autre. la fois fraternel et littraire. Nourri de moult rfrences et arien. Savant et amus (comme ces sparadraps jets aux crabes ou ces herbes naines dont tu aimerais connatre le nom savant). Avec tout un jeu labor sur les graphies, les dispositions des mots, la mise en page, qui permet de se distancier a posteriori avec la duret des scnes retranscrites Ce qui te caractrise aussi, cest ce mixte, assez rare, entre culture extrme-orientale (que tu connais fort bien) et culture mdivale occidentale Tu es un des rares en France pouvoir inclure dans tes hakus des mots comme : Paraclet , Lazare , Rois Fainants sans compter bien sr lallusion au cor de Roland (faut dire que ton prnom te prdestinait un peu) Un peu partout dans ton texte, tu fais chos des Saints (Damien), ta soif de miracle , ou, indirectement, la scne de la mise en croix (trs fort haku o tu ne peux sucer quune compresse humide) Bref, tu fais la synthse entre la posie mdivale occidentale (et notre imaginaire chrtien) et le haku japonais (shintoste et bouddhiste) ! Ce qui est une alchimie combien audacieuse ! Ton corps devient un lieu de tiraillement, dcartlement. Mais aussi une passerelle.Un pont entre les rives. Entre lici et lailleurs. Le ciel (des passereaux) et l'humus (du bousier). Le monde de Charlemagne et celui de Shiki (mme sils nont pas vcu du tout la mme poque). Tu fais un peu le chemin inverse de Foujita qui venu du Japon sest immerg petit petit dans lOccident chrtien Jespre que deux ou trois ans aprs cette douloureuse preuve, tes pas se sont allgs et que tu as retrouv le maximum dallant et de sant mme si on sort forcment chang de ce genre de bain de feu dans la forge qui fabrique les pes et les plumes de pote ! Merci pour ce recueil. Indispensable pour les malades (cela peut sans doute aider de voir que dautres frres de lit ont travers le gu)et les bien portants. (Que portent-ils, dailleurs, ces bien portants si ce nest une bonne dose dinsouciance/inconscience ?) Merci pour tout ce chemin parcouru et partag Et continue cette plonge dans limaginaire mdival du haku ! "Disparatre ? Mais pas / sans savoir le nom savant / de cette herbe naine." Peut-tre est-ce a qui sauve finalement ? Limmense clart des toutes petites choses ! Merci encore vivement
Thierry Cazals, hakiste