Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 
23/11/2020 19:02:51
Je continue de savourer "le Cantique". L'autre matin, je dgustais la posique de "Juillet", puis la corbeille de fruits d'"Aot" avec les allers et retours de tes hakus du franais l'anglais (ah! ce "maggot" dans la poire bon-chrtien, qui me rappelle ma mre et ses soeurs, natives de Saint-Nicolas de Redon, qui parlaient de pommes et de poires bigotouses!). Et encore les dix-sept pointes de Caravage, la densit de fulgurances, de prcipits de sens et des sens. Et, indiscrtement, la chronique de tes "promenades" en compagnie de Marta, "la Bouche de Vrit" ! J'ai termin, hier soir, une lecture du "Cantique", sur l'tonnant dialogue avec Aldil Della Vita # 99 (quelle maturit artistique, quelle culture, ce jeune gars !). Bluff sur le tout par ton rudition, ton apparente matrise de l'italien, bien sr par la somptuosit des uvres, la riche et droutante complexit de leur crateur, et le rendu posique de l'approche que tu as tablie avec les unes et l'autre. Mais, comme dit Ernest Pignon-Ernest de ton travail, il faut "y retourner" pour en goter encore et mieux " la sensualit, la posie, la musique". Dont acte.
Jean-Franois Dubois
 
18/11/2020 18:19:38
Quel livre ! Le format original - tout point point de vue- qui ne se classe pas nimpote O dans la bibliothque. La typographie, le papier glac, la trs grande qualit des tirages de reproduction des uvres, font de cette dition un ouvrage luxueux. la lecture du livre, mon altimtre personnel sest affol, jai cru que le cadran allait se dsintgrer. Quel remarquable voyage entre le commentaire potique des uvres, subtil et sensible accompagn dun dlicieux calepin romain et les savantes notes de lecture de l auteur. Cest trs original. Par ce tout combin Roland nous emmne dans la gense dune uvre puissante, magnifique.Parsemez le tout dhumour grinant qui ma fait clater de rire. Les clins doe amusants, la visite dlirante lchez le psychiatre /psychanalyste, lobservation spirituelle du repos de la fuite en gypte vous font osciller entre le sublime et le grotesque. Pour moi cest un chef-duvre, le mot nest pas trop fort., Peut-on parler dart baroque ? En tout cas , jai ador. Bravo
Fang
 
08/11/2020 16:18:27
Le Cantique de Caravage se rvle comme un livre "visit par l'enchantement". Les prdictions de Violetta la Zingara nous racontent de faon plaisante la vie courte, mais bien mouvemente du grand artiste. Si Caravage est le "bourreau des fleurs et des fruits" toi, Roland ne serais-tu pas celui des notes et des mots? Je souponne entre vous un lien de parent. En ta compagnie nous partageons un agrable voyage voquant tantt le pass, tantt le prsent. Pendant ces annes de prparation, tu as certainement noirci quantit de calepins, en faire craquer tes poches, je sais de quoi je cause : parfois, je les ravaude. Flicitations pour ce bel ouvrage qui "crve les plafonds". La situation particulire de cette anne 2020 a compliqu sa sortie, mais Grald et son quipe ont tenu bon. Ils mritent eux aussi un grand coup de chapeau!
M. de Montjean
 
01/11/2020 13:39:05
Cher Roland, cest une splendeur ! Cest une splendeur ton ouvrage, que jai lu une premire fois, sduit par la mise en page, la mise en mots, la mise en phrases, la mise en images (les reproductions sont de grande qualit), et trs attir par le va-et-vient entre notes de lecture, calepin romain et pomes. Entre rfrences, bibliographies, envoles lyriques et rflexions distancies, le tout agrment dironie et dhumour grinant, il y a de quoi trouver son bonheur littraire. Puis, je lai lu une deuxime fois, lentement, en dcortiquant chaque pome, chaque lment de ton ddale romain. Cest souvent drle comme lentrevue avec le psychiatre-psychanalyste, ou encore avec cette remarque : "Des followers ? Jen ai 0" ! Cest souvent iconoclaste parce que, au bord de ce monde en ruine, tu npargnes personne, ni une certaine cologie, ni les fans du numrique et des data, ni les murs contemporaines, mais toujours avec un mlange trs personnel de lyrisme, de satire, de calembours, dart potique, de gravit, de drision, de pirouettes. Cest souvent rvlateur sur ton univers intellectuel et littraire, au fil des rfrences musicales, picturales, cinmatographiques, et surtout avec la constante allusion Pasolini. Tu ne ttonneras pas de mon attention toute particulire de multiples apports que tu nous livres sur plusieurs sujets : par exemple, sur le premier homicide de Caravage Milan, sur Lena, sur les tableaux perdus, sur la fascination pour les ttes coupes, sur le contraste entre la priode de la Fuite en Egypte et le retour la prsence trbrante , sur le prtendu oubli du XIX sicle, sur le rcit anonyme de 1606 En tout cas, comme tu peux le voir, jai de quoi menrichir encore avec une troisime lecture attentive et quelques autres sans doute. Merci pour ce travail considrable et ton apport potique marquant. Amitis.
Yannick Guin
 
30/10/2020 17:03:05
Merci pour ce magnifique Caravage, une belle dcouverte. Premier contact sensuel ; lgance du format, douceur au toucher, beaut des reproductions. Puis, l'on se plonge dans ce noir lumineux des tableaux que l'on pensait connatre un peu. Or, les yeux se dcillent. "J'ai appris voir, comme si j'tais aveugle". L'oeil est juste, sensible; l'criture nous "scotche" ! Le drame Cara/tableaux est entrecoup d'anecdotes douces amres : visite chez le psy ; allusions aux dshrits chers Baudelaire dans " Tableaux Parisiens" (mendiants, prostitue la dent casse, chanteurs des rues...) C'est un cocktail subtil mlangeant avec rudition et sensibilit l'antiquit, le baroque et le contemporain jusqu'au cinma de Fellini ou de Pasolini, intemporalit que nous annonce ce choix du calendrier perptuel. Quel beau rapprochement entre ce "Saint Jrme crivant" et le portrait de Baudelaire par Courbet ! L'on pensait aussi avoir marqu ses pas de promeneur amoureux dans les ruelles de Rome ou de Naples. L encore, des dtails infimes font revivre ces villes sous une lumire nouvelle, celle de la densit potique. Merci, Roland, pour votre posie pleine de vie . Merci d'avoir su merveilleusement mler l'odeur de la trbenthine l'encre de l'criture.
Jose A.