Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 
22/03/2014 20:40:35
Cher Roland, Je suis encore merveille et le resterai longtemps. Grce vous, nous avons connu un tat de grce. Quelle beaut, quelle lgret, quelle simplicit et quelle magnificence la fois ! C'tait sublime, divin et quel privilge que de pouvoir vivre cela. Plus d'une fois, j'ai pens que le pape Franois aurait ador tre l. Comme beaucoup de personnes ont d y songer, il tait, j'en suis sre, un peu avec nous. Soyez bni pour tant de talent et Vassili aussi. Dites-le lui. Je suis ravie, trs mue et vous embrasse.
Catherine Decours, historienne et crivain
 
18/02/2014 09:55:13
SILENTIUM ! Ecoutez la voix de Roland Halbert, dans son offrande Franois le dpouill, le protecteur des pauvres, le plus fervent de tous les hommes dans ses chants cosmiques et son merveillement devant la nature ! Roland Halbert nous emmne avec vivacit et forte originalit dans sa qute de frre Franois Assise, savant mlange de rfrences rudites, dhumour omniprsent, dinventions verbales, de prose potique semant profusion trois de ses passions de longue date, le haku, la musique et lornithologie. Chaque page est empreinte de spiritualit authentique, lors de ce voyage en compagnie des oiseaux, premiers acteurs qui crient la vie dans ce recueil brillant doriginalit littraire, dune mise en page belle et remarquable, carquillant yeux et oreilles. SILENZIO ! Loin de moi tout bruit, si ce nest lire voix haute cette posique (mot de lauteur) au rythme rebondissant de porte en porte, cascades de mots entre bmol et dise, fugue dun pote admirateur du Poverello, qui chantait Dieu par tout temps, prchait aux oiseaux, savait apaiser les amis loups. Chant allgre voies multiples, celle des potes franoisiers, des oiseaux de la terre entire nos matres, nest-ce pas ? , du plerin qui sait rester humble dans sa fantaisie dcrivain volant dans limaginaire qui rveille de tout assoupissement. A tue-tte ces chantelettres qui menchantent, qute mouvante de Roland Halbert dans divers lieux proches dAssise. Le pote est ici ade, les oiseaux tant ses instruments de musique ainsi que sa musique intrieure, la plus intime, magnifique. SILENCE ! Cinquime chantelettre : Roland Halbert nest plus sr de rien, du de ne percevoir aucun signe, de ne rien entendre de frre Franois. Comprhension quil faut aller seulement encore plus loin entre solitude et silence. De ce voyage comme de la vie entire, je rentre bredouille Vous me touchez dans cet aveu profond de limpermanence des choses, de la difficult reconnatre que nous ne sommes matres de rien. Pas de pathos dans votre dernire chantelettre, mieux que cela: un mode de vie jamais, l o vous habitez, Nantes. Toujours lcoute, cherchant la voie franoisire , mme si vous tes rest terre, laile endolorie, la fin de votre si long voyage vers Assise. Arriverai-je trouver limage pauvre de chaque chose ? Oui, le frugal moineau se cache dj dans tous vos hakus, ces pomes du petit, de linstant, du dtail savoir voir. Vous ncrivez pas uniquement muni de votre rudition, mais aussi avec votre sang frais et franc, vous aimez le Poverello, dont la reprsentation vous dplat tant dans la cathdrale de votre ville.Votre dsir de migration, dclipse dans lanonymat, la faiblesse originelle de tout tre, est comprhensible. Mais, malgr riffs ou slams endiabls, ordinateur gobeur de vos photos dAssise et ce silence absolu de frre Franois, les oiseaux sont toujours l : ni ignorants ni incultes, purs et joyeux, ils vous redonneront vite le sourire en rponse vos tweets logieux. Roland Halbert, vous mavez offert ciel ouvert une oraison polyphonique de haut vol, digne du grand crivain que vous tes depuis longtemps.
Brigitte Briatte
 
17/01/2014 19:59:17
17 01 14 "Les crivains qui n'aiment pas Roland Halbert me sont ennuyeux, mme quand ils n'en parlent pas." Je ne sais plus o je l'ai lu, je ne sais plus qui l'a crit, propos d'un autre crivain videmment. On me pardonnera ce "Je ne me souviens pas", ce dtournement lger, arien.Ce pote l'criture lourde, foisonnante, complexe, est un homme, aptre et bipde comme tous les hommes, les oiseaux ne sont pas fous. Mais ils ne diront jamais : ce n'est qu'un homme. Tous les oiseaux de la plante le connaissent, et aussi, l'coutent.Ces zoziaux qui ne zozotent pas, de la msange charbonnire l'aigle royal qui tolrent dans leur ciel nos grotesques machines volantes, savent quand Le Roland prend de l'altitude avec un zinc (destructeur de tympans), quand il est chez eux dans leur espace, je dis espace, pas volire, avec sa posique pour seul bagage. Et tous chantent alors la prsence de leur ambassadeur. Ils chantent son arrive au ciel, ce lieu inhumain qui n'est pas un territoire ni un terroir sentant bon la vigne. Ils chantent pour celui qui poursuit l'oeuvre de SFA, en ceci que c'est Roland qui imperturbablement va vers les oiseaux, sur Terre comme au Ciel. Oiseaux qu'il a dans sa voix, oiseaux qui nichent en sa voix, levs au grain de sa voix.
Philippe Thomassin
 
03/12/2013 13:26:12
Quelle somme de travail reprsente ce "Parloir aux oiseaux" ! Voyant l'importance de l'ouvrage, je pensais en lire un peu, chaque jour (ce qui serait une erreur), mais j'ai lu le recueil d'une seule traite et je me suis couche fort tard pour ne pas abandonner ma lecture et ma rceptivit... C'est un magnifique livre, trs bien men. Est-ce que je me trompe si je pense que certains hakus de "La Becque" ont t crits pendant le travail sur "Le Parloir" ? Je pense mon pre : il aurait t heureux de lire de la belle posie ; a devient rare !
Floriane Creac'h-Lelubre
 
24/11/2013 15:59:40
Le "Parloir aux oiseaux" est un superbe livre dont j'ai aim la forme et la typographie si originales, toutes en musique et silences.J'admire la grande simplicit et l'lgance cultive de l'criture, riche de cette sensibilit qu'on appelle humanit et compassion.Merci.
marie-hlne prouteau