Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 
02/02/2021 18:41:45
Mon cher Roland, Si jai tant tard vous remercier et rpondre votre envoi, cest parce que celui-ci me laisse sans voix et sans plume. A propos de voix, je souscris tout fait ce qucrit le critique Philippe Arnaud. Toutefois, il se trompe en en comptant trois : pote, historien et voyageur, car sy mle celle de Caravaggio, tant vous nous le rendez PROCHE, comme un frre. Cest beau et cest poustouflant ! Du fond du cur, merci pour cette multiple splendeur. Bien fidlement et en toute admiration,
Catherine Decours.
 
28/01/2021 23:16:38
J'ai profit de cet aprs-midi pluvieux pour m'imprgner de l'Italie au soleil radieux, voire tnbreux. Je suis stupfait par le travail fourni ?! Je ne ferai pas d'autre commentaire que celui-ci, en "parodiant" un ancien slogan qui disait: "Le poids des mots et le choc des photos." "Le poids de l'criture et le choc des peintures."
Tuo fratello
 
18/01/2021 15:47:21
La beaut, la magie de ce livre tonnant dans sa forme, c'est d'abord la posie de Roland Halbert. Roland est un pote au sens le plus aigu, le plus intense du terme, il cre, il invente le sens de l'invisible qui soudain surgit en pleine lumire. Par quel sortilge ? Sans doute l'infinie patience avec laquelle il donne rendez-vous - guetteur aux carrefours de l'indit - l'appariement de mots jusqu'alors solitaires dans leur bon sens, mais qui, unis d'autres solitaires, nous hissent au plus haut de nous-mmes. L'intellectuel et le sensible se marient pour nous conduire l'motion, l'tonnement ; tout nous invite la lenteur bienheureuse car lire les pages aux lignes qui se dploient en escalier profond requiert une dmarche o le savoureux l'emporte sur l'ordinaire allure de lecture. Alors on fait halte, et, l'esprit ravi, on continue vers de prochains blouissements promis. Lire, relire les lignes-pomes est un bonheur inpuisable. On revient au tableau, au Caravage, Cara, et on est stupfait de suivre au plus prs ce personnage volcanique, gnial et violent, insupportable et bouleversant. Roland nous conduit sur ses pas, on s'meut avec lui de retrouver sa trace, et l, tnue, infime et trbrante la fois. Les notes de lecture, le calepin romain, voil du passionnant, de l'tonnant, du prcis, du corrig de clichs trop en vogue encore, et tout cela donne, redonne au grand agit Michelangelo Merisi la vie, en treize tableaux, treize chants. Marta l'trange flne avec le lecteur, bordelire peut-tre, sainte, ceinte de mille souffrances srement, plus que prlat dans son cocon vatican. Ce livre est une merveille. Merci Roland, pour Cara, pour la seule gloire de la couleur, mais surtout, surtout, pour la posie, pour ta posie.
Jean-Joseph Julaud
 
01/01/2021 16:24:57
Bonjour, mon oncle Ro, juste ce petit mot afin de te fliciter pour ce superbe ouvrage que jai eu le plaisir de trouver sous le sapin de la mre Tartine Nol. Je suis impressionn par la qualit des reproductions des uvres de Caravage et la mise en valeur que tu en fais par tes textes aussi beaux lire qu regarder, eux aussi. Bravo toi et jen profite pour te souhaiter russite et sant en 2021. Toto ton neveu (et non : neuneu ton Toto).
Toto ton neveu (et non neuneu ton Toto).
 
21/12/2020 18:56:05
Sur LE CANTIQUE DE CARAVAGE ou LA SEULE GLOIRE DE LA COULEUR de Roland Halbert Avez-vous vu Narcisse en mai ? C'est le peintre lui-mme, ami des miroirs et de la transparence nocturne, des reflets de nos ciels intrieurs : Le Caravage ! Quel plus grand malheur pour Narcisse que de perdre la vue ? Noir sur blanc, blanc sur noir. Nuit. Il fait nuit, et comme les natures, tous les oiseaux sont morts. Le dsert est l. Mais, comme le dit Matre Eckhart, que tu cites, cher Roland, "il n'est pas de nuit qui n'ait une lumire, mais elle est cache" (p.39). En ces temps de logorrhe roborative, o l'hubris fait figure de sagesse, le pote, "vox clamantis in deserto", se tait. Pour toujours ? Ou dans la nuit cherche son double. Car toute uvre d'art n'est jamais une cration ex nihilo, mais un don de Dieu. Le repos nait de la lumire et du chant lustral des sources. Marie le sait, l'Enfant sur son sein, qui dort l'accord des ondes, " ses pieds, tout un jardin clos accorde ses parfums et ses sves en dormance" (p.132). Tmoins privilgis de ce dialogue du pote avec le peintre, nous sommes pris par ce voyage entre prsent et pass. Tout nous est dcouverte, puisque le regard est neuf et avis : (p.81) "la fine raflure sur les ctes du luth" (Joueur de luth, huile sur toile p.74), puisque le regard est multiple, comme ce lui de Gide sur Narcisse (p.58). Peintres, crivains, musiciens, et autres personnages hauts en couleur, surgissent ou nous accompagnent au fil de l'uvre : Madame de Stal, Debussy villa Mdicis, sur Paola, "roulant les r comme des gravats de fouille", Filippo Neri, "le troisime aptre de Rome, Sade en Italie, Marta gare Termini... Ainsi, de Notes de lecture en Calepin romain, le voyage se poursuit-il. Le muse d'une vie a des trsors cachs : "Du panier perc, une pomme roule jusqu'au paradis terrestre !" (p.89) "Avec les ppins de la vie, le soleil fait... des raisins confits" (p.93) "Salade de fruits des quatre saisons. - Vivaldi en bouche !" (p.94) Et ce rappel du Cantique des Cantiques 2:5 (p.119) Soutenez-moi avec des gteaux de raisin./ Ranimez-moi avec des pommes,/ car je suis malade d'amour. Enfin, je voudrais saluer ici ce travail d'rudit, ce lent rcolement patient d'informations prcieuses et savantes, cette contribution majeure, personnelle et potique la connaissance de ce gnie de la peinture, le grand Caravage ! Bravo cher Roland ! Patrick Derouard
Patrick Derouard