Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 
27/02/2007 22:04:31
En passant sur ton site aujourd'hui, je te fais un petit coucou . Quand pourrons-nous dguster ton anthologie chocolatire ? Plein de courage ! Ked, l'amie fidle tes pomes.
Khedi B.i
 
16/02/2007 22:19:27
Monsieur Halbert, grande admiratrice de vos oeuvres, je me permets de vous demander une faveur toute particulire: pouvez-vous m'envoyer une photo de vous ddicace- si possible celle avec votre beau survtement violet ou alors en chorte. Bien respectueusement vous.
En passant par la Lorraine...
 
30/01/2007 13:33:20
Tu auras compris qui. En voil un site sous la marque d'un vif talent, un talent de vif-argent, un talent pas latent, l'attentif guettant le rve vif. Continue cher Roland, va toujours plus loin, plus haut.
Samoura Little Lafcadio Bashino
 
17/01/2007 00:00:00
Oiseleur "mle ancolie" et l'Insaissable, guitare et voix d'Or.
De l'immarcescible nous propose, juvnile, Apollinien,flin perch sur l'inaccessible toile, l'acm de sa mditation.
Halbert en sa blancheur, ronronne des po#emes transparents, diaphanes, tnus mais combien denses.
Nous en Roland coeur en sa queste,
en toute oblativit,
Mercy,

Myriam Lelord

[nomen mysticus: "danse avec les chats" ]
 
12/12/2006 15:24:48
Il est
de la tendresse qui se
respire
des mots qui se machent
et qui dlivrent
  

des vers en elixir

 
Il est des mots qui blessent
d'autres qui caressent
Ne nous trompons pas
l'offrande est vitale
et sans concession
(point de salvation
hormis la compassion)
  La chair en partage
 
Ta posie - Roland
nous donne vivre
l o le sang ne cesse
de nous faire battre le pav
  d'un talon nerv
   
Elle est,
    comme un refuge,
  le chant de l'oiseau
    en fugue.      
   
Avec ma (trs) tendre amiti,


Lucie Clair