Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 
06/07/2018 15:50:18
Jai t touche par ce thme qui mest si proche en ce moment, hospitalisation et convalescence. Touche par cette humilit, cette lgret pure de lecture et mise en page qui ma sduite, qui me rappelle aussi mes bonheurs de mise en page et typographie dans mon mtier de graphiste. Ces images, cicatrices, motions et sentiments se multiplient au fil dune lecture emplie de posie que lon dvore. Sincrit et musicalit, merci Roland pour cette cration inattendue pour moi, positive, dcouverte par le hasard de la vie. Heureuse de vous avoir rencontr et oui, on nest pas si seul ;)
Alexandra Makovsky
 
29/06/2018 16:52:36
A propos due dernier ouvrage de Roland Halbert,"L't en morceaux",j'ai envie d'exprimer un point de vue personnel, le lecteur prolongeant l'oeuvre selon sa propre histoire...je lui reconnais les habituelles qualits:habilet de la composition,enchainement des rminiscences historiques(SHIKI raconte son calvaire de malade,ironise sur sa propre mort ?),les musiques,rythmes des sons/5.7.5/les chants d'oiseaux diffrents selon le jour,l'heure,les parfums(le chvrefeuille vaporisant le ciel),les instruments fouillant les chairs,l'horreur des cicatrices.Des sensations affreuses ou douces,consolantes et l'espoir de gurison.Tout est ml :couleurs,odeurs,sons,sentiments dans la tte,angoisse(mais suggre).Tous les sens s'associent pour attnuer la souffrance,retrouver l'espoir,les plaisirs d'avant.Chez les potes francais,europens,la douleur n'est pas exprime comme en Asie,Antonin Artaud tortur physiquement et psychiquement(le pse nerfs),hurle et se rvolte."viande saigner sous le marteau/qu'on extirpe coups de couteau".Roland voque les tapes de l'intervention avec subtilit,douceur..peut tre la faon des japonais?On retrouve sans doute l'esprit ZEN.Les samourais s'enfonaient un sabre dans l'ombilic pour se suicider.une cruaut stoquement supporte!Par une longue "visitation"(le corps revisit), l'esprit prisonnier de la chair,s'chappe par la pense et le jeu des sens,chez Roland.une douce musique l'lve vers la voie lacte...Pur exercice de pleine conscience,ou mdition transcendentale?les bouddhistes relativisent tous ces problmes,sachant que la souffrance et la joie ne sont que le fait de l'existence(non la vie),transition entre la naissance et la mort.Freud parlerait probablement de sortir de l'go, de surmoi...Ici je retrouve mon interprtation personnelle de l'art, de la posie.Il ne s'agit pas d'un narcissisme triqu.Cel relve d'une conscience leve,un partage,une transmission authentique avec l'autre personne...Cela suscite des sentiments vrais,des motions puissantes.Nous pouvons alors parler de SUBLIMATION.
Danile Joly-de Tromelin, peintre ,psychologue.
 
28/06/2018 10:45:05
Encore sous le coup dune mauvaise nouvelle retardement et contrevenant la posologie prescrite, jai aval dun trait "L'Et en morceaux", au moins deux fois de suite, pour tenter de les recoller, peut-tre, ou comme qui absorberait la fois poison et antidote : douleur, douceur, dtresse et humour amer, l o llan vital vacille : " Par le drain / sgoutte / toute / ma philosophie." Depuis, une lecture moins compassionnelle, plus sereine, sarrte chaque page; lil en accueille la beaut, on sattendrit de lherbier de trois penses, ou de lherbe naine, on rirait presque des 17 (!) agrafes, on salue lautodrision, on sgaie de loiseau moqueur, on recueille les ppites, on en sait qui encore se cachent, on laisse agir la "mdecine douce" Merci, Roland. Porte-toi bien !
Franoise D.-S.
 
23/06/2018 18:31:58
Merci Roland pour la "mdecine douce" ( comme tu le dis) de ces 103 hakus-calligrammes . Avec quelles sincrit et pudeur, quels humour et courage , tu as su nous faire partager les preuves de cet " t en morceaux" ! On en ressent la fracassante violence que tu as dlicatement cisele en un bijou lumineux tant sur le plan potique qu'humain .C'est trs beau. " On n'est pas si seul, on a ses pansements . " cris-tu le 31 aot ...
Jose
 
21/06/2018 09:29:09
Je viens de relire "La Becque du haku." Je suis toujours enchante lorsque ce mlange de vers, d'images rsonne en moi... Cela me rappelle les meilleurs moments de mon enfance, de mon existence. Ma mre m'avait appris le nom des oiseaux, leurs couleurs, leurs cris. C'tait merveilleux d'entendre le rossignol lancer ses trilles au lever du jour, les grives piailler en bande dans le jardin de mon pre avant de se goinfrer de limaces et d'escargots qui sortaient aprs la pluie. Roland Halbert peroit bien le style de certains oiseaux, leur personnalit, leur esprit... Ces cratures magnifiques s'inscrivent dans le rseau de nos souvenirs, spcialement ceux qui nous ont transports de joie. Emerveillement, intelligence du monde ! Les oiseaux sont les mdiateurs de l'au-del, les symboles de la musique divine. Avec eux, nous prenons aussi notre envol. Leur grce, leur couleur ravivent nos penses, nos fantasmes, les fils tnus reliant la terre, le ciel, l'espace : Un martinet repeint l'air / A force de bleu, / le ciel s'agenouille. Loiseau tend ses fils entre la terre et le ciel. Tout est reli. Les souvenirs courent travers le rseau des neurones, surtout ceux qui retracent les motions, les moments forts de l'existence. Puisque le miracle de l'art, c'est de recrer l'uvre chez le lecteur qui se l'approprie, l'intgre dans sa tte, son corps... Mais je ne peux m'empcher de penser que ces cratures magnifiques disparaissent peu peu dans les campagnes, les villes, les ocans : Mer d'hydrocarbures / La mouette en frac de mazout / lance un S.O.S. tues par l'imbcillit des hommes, la cruaut, l'inconscience du monde. Merci Roland de le rappeler.
Danile Joly de Tromelin, peintre.