Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 
17/07/2016 09:02:13
Je reconnais quil y a beaucoup dire sur ce livre superbement ralis. Mais mon ordinateur de bientt 70 ans, il lui faut du temps pour se mettre en route. A part son nom et son statut de peintre, je ne connaissais rien de Toulouse-Lautrec. Dailleurs, except en pain perdu, en poireaux et en patates, en quoi je my connais ? Je dcouvre donc, grce toi, le personnage un peu rat physiquement, qui me fait penser au vilain petit canard faisant honte sa famille et qui est plutt rejet. Evidemment, le canard va se transformer, alors que Toulouse-Lautrec (lire en roulant les r ) va plutt aller en folaillant (je ne sais pas si a scrit comme a). Le bougre ma lair assez ftard, ne lsinant ni sur la liqueur ni sur dautres divertissements. Dans ce livre, on apprend beaucoup de choses, et les hakus que tu y insres avec tant de justesse lui donnent un relief trs plaisant. Jai aussi remarqu que tu parles du clown Chocolat, alors que justement vient de sortir un film sur lui ; cest comme ton livre sur Franois dAssise qui parat au moment o le pape Franois est lu. Je te mets un petit haku qui me fait ressasser notre absente : Depuis fvrier, / il manque une corde mon arc / qui me la chipe ?
Martine, dite Tartine.
 
07/07/2016 13:46:29
Ayant lu ton livre, j'en reste bloui ! Oeuvre tout fait admirable mon sens, emplie de visions fulgurantes, de bonheurs d'expression, de savoir parfait, de presque tendre empathie envers Monsieur Henri (et j'aime beaucoup que tu l'appelles ainsi). Je pense que c'est ce que tu as crit de plus fort jusqu' prsent. Evidemment que, de surcrot, j'applaudis la synthse papillonnante (dansante !) avec les hakus - et les tiens ne dmritent pas auprs des matres nippons. Tu m'apportes infiniment plus sur l'art de Lautrec que le film de Planchon qui n'en dit RIEN (et que Yuki et moi n'avions pas aim ; pas vu celui de Pialat). Il est vrai que les films sur les artistes sont trs souvent des films "de valets de chambre des grands hommes"... Ah, je t'envoie aujourd'hui des dessins d'colier de Monsieur Henri ! Je ne les ai reus que la semaine dernire (enchres Drouot). Encore bravo pour "La Saison qui Danse" !
Yannick Dupon-Hirao, crivain
 
06/07/2016 12:30:08
Cher Roland, le livre est trs beau. Et vous, vous poursuivez votre magnifique parcours o dansent votre rudition, votre humour, votre grce potique, votre originalit. Nous applaudissons votre talent ! Mille penses de cur. (Et merci, naturellement, pour notre citation).
Lucien Gurinel, musicien
 
05/07/2016 09:51:39
"Missile Roland", objectif atteint pour ce chef- d'oeuvre que personne ne voudra contester. Je vois bien dsormais le lien en filigrane entre tous ces tres de chair de sang dont tu nous parl, leur vocation m'ont laiss les larmes aux yeux chaque fois. Merci de nous livrer cette si belle part qui est en toi.
Fan
 
02/07/2016 17:10:09
NOTE DE LEDITEUR Tout commence pour Henri de Toulouse-Lautrec par le dessin dun buf , lincipit de La Saison qui danse, carnet de zigzags pour Lautrec. Tout commence pour FRAction avec Chanterelle, hommage sainte Ccile, le premier titre que jai dit en 2008 et que tu as ddicac, suite la "Messe de Sainte-Ccile" de Touve, en lglise de Saint-Gervais. Huit annes, huit ouvrages, huit ditions, rappels au bon souvenir de tes lecteurs sur le rabat de ton habun chroniquant la vie du peintre dAlbi. Un parcours marqu par trois bornes majeures : Madame Ccile , Monsieur sainct Franoys , et Monsieur Henri . Tu as ce don pistolaire qui rapproche tes lecteurs de ton destinataire dans une singulire intimit en leur rappelant que tu nes pas le premier apostropher Ccile, Franois ou Henri ; que dautres et pas des moindres tont fray un chemin jonch de savoir inexhaustible, puis chez les potes et les sages dEurope, dAmrique, et de cette lointaine Asie . On ressent toujours une vaste expansion la faon dont tu traites ton sujet, tout en restant dans la suggestion, la litote, la minimisation, le propre du haku dont tu es un des matres incontests. Et cest bien suffisant , psalmodies-tu dans "Grenier sel, pour saluer Gracq." Ainsi, quelle que soit la longueur de ton livre, tu crains den dire trop. Quelle aubaine pour lditeur que je suis : moins de pages faire imprimer par Julien, notre fidle imprimeur albigeois, moins de composition peaufiner par Laure, notre dvoue graphiste. Plaisanterie ! Cest un travail de titan pour toi et pour nos collaborateurs, rebours du productivisme conomique ambiant. Que de richesse en cette pauvret ! commencer par toi, Roland, dans ton logement, grenier nantais, o il fait souvent trop froid ou trop chaud chez laristocrate romaine, trois fois martyrise, sainte patronne de lcoute et premire fministe ; chez le poverello, pourtant hritier dune riche famille italienne ; chez le noble Henri de Toulouse-Lautrec-Monfa qui ne put hlas monter cheval ni danser, mais qui nous invite tous entrer en piste dans louvrage qui vient de paratre. Que de distance traverse : Italie, France, Pays-Bas, Portugal, U.S.A., Japon ! Et pourtant le buf quon peut admirer aux votes de labside de Sainte-Ccile , nest-il pas voisin des fresques reprsentant la patronne de la musique, porte de main des franciscains de la Drche, de lautre ct du Tarn, mitoyen du Palais de la Berbie qui abrite la collection que Paris avait refuse ? Pour illustrer ton livre, tu aurais pu te contenter des trsors conservs dans la Cit Episcopale. Mais la saison de Monsieur Henri danse sur la plante entire, et tu es all chercher des uvres connues, mais souvent mconnues, voire inconnues de nombreux amateurs, Cologne, Amsterdam, Boston, Cleveland, Moscou, Sao Paolo, Toulouse, Paris Et cest bien suffisant. Ville dAvray, le 2 juillet 2016
Gerald Honigsblum, diteur