Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 
14/06/2018 22:43:08
Merci pour le plaisir que j'ai eu te lire. Ce recueil est trs personnel. Et en le dgustant, je ne pouvais m'empcher d'avoir des images, d'autant que tes hakus sont criants de vrit et d'une efficacit extrme. Je trouve que c'est un acte de courage d'avoir pu mettre des mots sur ce que tu as vcu, travers... avec cet humour qui te caractrise. J'ai souri, oui, mais les larmes taient parfois proches. Quant la peinture du dbut, j'y ai vu un tel morcellement... compltement adapt au sujet sans oublier la gravure magnifique que tu as "fractionne" et reconstitue mesure que tu avances dans le "rcit", TRS judicieux ! Et les piafs, tes compagnons fidles, avec le rouge-queue que tu as convoqu... Et j'ai appris sur les 3 hakistes concerns par la maladie. Bravo !
Lil.
 
14/06/2018 16:17:30
Pour Roland Halbert, de la souffrance la posie il ny a quun pas quil fait dans lenthousiasme! Ses hakus lancent les lignes flamboyantes de son humour, si haut plac quil griffe le monde en une drision bouleversante et, au-del, avec une joie qui le rhabilite. Quelle intelligence et quelle capacit dcriture en lespace le plus rduit, quel savoir et quelle approche de la mtaphore, cette langue premire qui tient les esprits chagrins en respect, et distance! Et il va jusqu la mise en espace de ces petites bulles magiques, non par got dune fantaisie pure (dj bien recevable) mais dans une constante inspiration dartiste qui en transcende le charme. Le matre se lve, ou plutt se relve en son (heureusement) provisoire espace clinique pour donner laccolade la fois fraternelle et majestueuse dun esprit qui culmine... Il y a plus de soleil dans les morceaux de votre t que sur les plages...
Lucien Gurinel
 
01/06/2018 15:05:49
"L't en morceaux" la relecture encore plus beau
BOREE Dominique
 
24/05/2018 16:49:01
J'aime normment "le parloir aux oiseaux', un ouvrage qu'on ne peut lire et comprendre en une seule fois. Chaque strophe renferme, sa musique, un secret que l'on ne peroit pas immdiatement, en plus des rfrences classiques que certains connaissent. Toutes les civilisations ont peru les oiseaux comme des messagers particuliers: pour les Grecs et les Chinois, le mystre, la divination... pour les Thalandais, l'esprit(un dieu a une tte d'oiseau). cf.p.118, la chouette du Sitchouan. pour les boudhistes zen, la mditation, la sortie du corps, la spiritualit. pour les potes franais, la libert, cf.p.118, l'albatros des Galapagos il est l, l, l, Salut baudelaire. Pour Franois d'Assise(que je pressens mdium), et tout croyant, il entend leur langue (ils ne chantent pas, ils parlent) il s'agit de comprendre le sens de la nature dans l'univers, lui rendre hommage. Roland Halbert, virtuosit, pratique aussi l'exercice de la mise en ABYME. Chaque strophe ouvre un autre espace l'infini. Tout scande mouvement, rythme, envol, voyage... Chaque fois que je relis ces jeux de mots, sonorits, j'y dcouvre souvenirs, impressions personnelles, motions enfouies... J'ai lu certaines analyses des ouvrages de Roland, reconnaissant l'rudition, sensibilit, talent. Tout reste pertinent. Apparemment, il n'y a rien rajouter, tout est dit. Mais rien n'est jamais termin. La magie de l'art opre dans ses dimensions caches, son renouvellement perptuel, pour chaque lecteur. Je ne parle pas ici des ouvrages mdiocres qui remplissent les librairies actuellement. Je parle ici de l'Art vrai, qui offre la sincrit, l'intelligence,la joie. Merci toi, Roland, prcieux crivain et pote.
Danile Joly-de Tromelin.
 
22/05/2018 19:50:52
Le haku porte en lui une contradiction qui fait d'ailleurs son charme. Dlicat, il suggre, vitant toujours de nommer, pourtant il est aussi une pointe acre qui vise au cur; c'est pourquoi il appelle le silence afin de garder longtemps la vibration gnre. Les hakus de "L'Et en morceaux" suivent le parcours d'une saison en enfer, le temps de l'preuve depuis l'opration chirurgicale jusqu'au chant de l'espoir. Nettes, vibrantes, ces vivantes ellipses - chacune est une soucoupe volante - font signe un humour, parfois douloureux, toujours infiniment subtil. Entre pure douleur, doute et rassurance, ces 103 hakus sont, comme toute l'uvre de Roland Halbert, touchs par la grce, peut-tre plus encore que le reste de l'uvre car ils sont tirs de la chair. Arriver cette lgret arienne, tout dire avec presque rien, c'est possder avec la matrise de l'art du haku, un immense talent.
Catherine Decours, romancire