Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 
23/04/2008 18:27:34
Chanterelle ? ça se déguste : on lit une page comme on écoute du Messiaen !
Monsieur Fréchard, organiste à Evreux
 
21/04/2008 17:49:52
A la lecture de Chanterelle me vient à l'esprit le bel hommage d'André Pieyre de Mandiargues à l'écrivain Julien Gracq : "Il est un de ceux qui ont reçu la grâce." En vous lisant je comprends aujourd'hui que c'est cette grâce que j'aime chez vous.
L.B.
 
13/04/2008 09:09:16
Après la lecture de Chanterelle, Hommage à Sainte Cécile, résonne longtemps encore l’écho d’un hymne magnifique écrit et sans doute composé par ce Maître de Nantes que tu es et qui peint avec tes mots de petits tableaux où la jeune Romaine fait alterner l’instant du supplice et envolées vibrantes de musique dont elle est pour nous la patronne.

Roland, tu lances avec force la musique contre la torture pour la briser dans des mondes invisibles. Même si le carnage ressurgit jusqu’à la mort, le souffle du plain-chant en vient à bout, car il contient un peu de « l’haleine de Dieu ».

Quel rythme dans tes vers pour chanter Cécile et l’accompagner dans ses derniers moments ! Quelle mélodie des mots en répons à la longue psalmodie de la martyre, quel hommage !

Jamais le mot « amour » ne paraît et pourtant il sourd à chaque pas nouveau vers « le rouge de la Joie », hors les prédelles, de la rose au « Ciel des noces mystiques ».

« Le jazz de la trompette » termine en apothéose ce concert qu’on peut relire maintes fois et recommencer le voyage de ce crescendo vers le firmament inconnu des vivants habité par ce cantique à l’immortalité.

Roland, tu portes, avec ce recueil, la foi de Cécile en une vie de félicité éternelle qui par son chant et sa note « d’hyacinthe » donne peut-être à une partie de toi-même le désir profond de partager l’écoute avec les anges.

A chacune de mes lectures, tes mots après de longs blancs de pages ont fait sortir « du silence », « la sœur tourière des poètes ».

Merci.

Marc Guillet
 
12/04/2008 22:59:13
difficile, derrière tous ces messages si bien écrits, de vous laisser simplement le mien. Il vous paraitra peut-être bien fade : j'aime beaucoup ce que vous faites !
fan de
 
06/01/2008 17:05:11
Cher Roland, J'ai redécouvert en toi le goût de la conversation autour d'un texte, dans la douceur agitée de l'amitié. J'ai découvert par toi et par mon fils les merveilles du maïs mesoaméricain. J'ai découvert tes haikus par la traduction d'une ancienne élève. J'ai l'avant-goût du chant du chocolat, et surtout ton écoute et l'écoute--shma Israël--de Sainte Cécile à qui nous tendons l'oreille avant de nous prononcer. Gerald Honigsblum
Gerald Honigsblum