Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 
12/09/2010 19:20:28
Après l'extraordinaire Blues pour Cadou, tu élèves mieux qu'un tombeau pour Julien Gracq, tu lui offres véritablement une "terre habitable". L'homme-poète "habite" en effet merveilleusement ton recueil, un peu à la manière du portrait de Bellmer "persist[ant] à traverser les murs". Il est à la fois une présence familière dans le paysage - avec, par exemple, sa casquette ou sa formule favorite :"Plus d'une fois" et une présence sublimant le paysage "au-delà du Fleuve /et dans les arbres " - devenant en quelque sorte le Paysage : "Voici / partout dans la boucle du paysage / votre signature sensible".
Hubert Bricaud
 
18/04/2010 10:13:48
Je "picore" dans Grenier à sel, persuadé à la fois de la difficulté de l'immersion dans le monde d'un poète et emballé par des passages enthousiasmants, bouleversants tels que "Et ce n'est pas le moindre miracle / que l'idiot du village /à gueule de primitif flamand..." Ou encore " Serait-ce votre mère / qui attend / dans son châle de luciole /et de lin..." Je déambule parmi vos textes, entre citations et illustrations d'un époque si proche et pourtant si lointaine déjà. Tout ceci finit par constituer une sorte de grand jardin mystérieux, mais dont les frondaisons s'éclaircissent pour enfin laisser apparaître quelques repères familiers.
Philippe Le Bihan, photographe
 
29/03/2010 00:57:23
Cher Roland bonjour, ce soir, comme d'habitude, je te dis bonjour. Le matin te va si bien, comment te dire bonsoir. Tout ça pour parler un peu du Grenier à sel, de cette terre ligérienne. De cette Terra Incognita, always, always, où tous les chemins ne mènent pas à la poésie, heureusement. Les chemins qui nous y emmènent sont rares. Et s'il y a des chemins où la pédagogie s'emmêle les pinceaux, c'est bien sur les chemins de la poésie. Enfin un domaine où la virginité pédagogique porte ses fruits, sans vers. Tout ça aussi pour dire que le Grenier à sel n'est pas loin de la grange où j'écoute l'appel des ZZ TOP qui font joliment pleurer, hurler de plaisir, couiner, leurs guitares électriques dans le bleu salé et sablé du ciel Texan. Gracq et le Texas, oui, j'ose. Continue Roland. Moi qui suis le roi des nuls en poésie, j'attends avec impatience la sortie de : "La poésie pour les nuls" en espérant que tu y seras en bonne place.
Philippe Thomassin
 
24/03/2010 20:56:05
Roland regarde Grand ouvert Il laisse lui parler Ornements des dieux Dolmens et merhirs Simples Cécile Nom de rue Us et coutumes Mots de manuels qui se croyaient choses Ou encore Ceux du gardien de cimetière Il a l'oeil au coeur Et en suite il tarabuste Pour semer le mot En "botaniste de syllabes" Pas n'importe où Ce mot est capable De prendre sens du blanc de la page A une distance certaine des autres Pour qu'on puisse tourner tout autour Et nous en épanouir Il prend racines là Et vous pousse à l'intérieur
Michel PASQUIER
 
11/03/2010 21:55:04
Vos vers ont la densité du cristal et sa sonorité musicale; à travers les lignes de votre Grenier à sel, Julien Gracq revit, lui et ses paysages familiers qui sont aussi les vôtres. Osmose entre deux poètes, au fil de la Loire,au fil de la plume angevine.
Marie-Noëlle Hôpital