Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 
28/03/2011 16:01:03
C'est encore un moment de dégustation rare que nous offre Roland Halbert avec "La Roue des cinq saisons". Une poésie à goûter sans modération. Avec plaisir, l'œil mais aussi l'oreille ouverts et finalement... avoir l'eau à la bouche.
Marie Népote
 
28/03/2011 15:35:03
La roue tourne et s'arrête... Arrêt sur image des saisons... Il est évident que le voeu pieux de tout poète est d'arrêter le temps. Il n'y parvient que par la magie du verbe. Ainsi Roland Halbert nous propose-t-il de figer l'instant dans son nouveau recueil de poèmes. "Pour le Nouvel An /voici ma résolution: / arrêter l'horloge!" Et comme si l'écriture devenait l'urgence, l'épigraphe de Ylipe "Faire vite prend du temps" nous propose le menu du délice et nous invite tout de même à déguster ce temps comme on digère les mets préparés avec tant de minutie. "Faire vite prend du temps". Pour la lecture, c'est évidemment le temps de la dégustation qui offre la saveur de l'appréciation. Chaque "assiette gourmande" permet de goûter au biscuit imaginé de l'intemporel et chaque regard admire les "oies isocèles" qui "partent" pour le pays de l'alphabet des Rois mages. A la galerie Arts pluriels, Roland Halbert , ce soir-là, nous a fait un cadeau discret, intangible et intemporel: celui du souffle léger de la plume.
Yves Moulet, poète
 
22/03/2011 10:50:07
Il y a dans Grenier à sel, des pages d'absolue beauté... C'est magnifique, on ne peut en dire plus, au "saulnier". Et ne t'attriste pas qu'ils ne sont pas très nombreux ceux qui peuvent t'entendre. Les staliniens ont eu le pouvoir, les nazis aussi, aujourd'hui, ce sont les sourds de l'âme... P.-S. : J'adore regarder le merle qui revient, chaque année, dans mon jardin et il marche effectivement sur ses "pattes d'aubépine", et quelles délices ces "coqs à crête d'aurore au bord des lavoirs", cette "alouette, dégagée des affaires courantes"...
Caro
 
09/03/2011 14:34:25
Comme vous, je salue profondément Julien Gracq : "le sel sonore" que j'aime, ainsi que vous le dites. Le don de poésie est d'aller au coeur des choses, de les révéler. Autres expressions pleines, qui sont de vous :"l'herbier des souvenirs", "cortège de fruits en partage", "moissons triomphantes","mains pleines de candeur", que de flammes vives dans votre dernier florilège! "Et l'on va son chemin d'insecte..." Je réfléchis. Suis-je un scarabée, un mille-pattes, un grillon pour aller mon chemin ?...
Hervé Rougier, écrivain et poète
 
20/02/2011 21:08:33
Chroniques de l'éclair: ce poème brillera toujours d'un éclat flamboyant; il est lumineux, musical, fulgurant comme son nom l'indique. Poème romanesque ou roman de poète, un grand, un très grand livre.
Marie-Noëlle HOPITAL