Dernières mises à jour>>
Signature de Roland HalbertExplication du sceau de l'artiste

Livre d'or

Vous êtes invités à laisser par écrit vos réactions au site ou vos messages:

[Ajouter un message]

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 
21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 
41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 
61 | 62 | 63 | 
07/05/2011 11:34:37
Bravo et merci pour ce bon moment:Salé sucré et épicé, je me suis régalée tout en poésie; je ne te connaissais pas si bon cuisinier...De plus j'ai cru reconnaître le petit garçon au bidon au détour d'une page...Couleur et Saveur; encore une plume à ton chapeau!
laetitia Tomé
 
07/05/2011 10:27:00
Félicitations Roland, pour ton très joli livre"roue des cinq raisons".C'est toujours avec beaucoup de sensibilité que tu nous fais partager ton regard aiguisé sur la nature en nous invitant à:Ouvrir la fenêtre/Pour écouter les saisons/Donner leur concert.Dans entrée + plat + dessert, tu nous fais saliver, et j'ai tout simplement envie de dire après lecture:" Bénissez-nous Seigneur, bénissez ce repas, ceux qui l'ont préparé, et donnez du pain à ceux qui n'en n'ont pas"...
Tartine de Montjean
 
06/05/2011 16:24:49
Merci beaucoup pour votre "Roue des cinq saisons" dont la perfection du mètre et la fantaisie de l'inspiration, sans oublier l'émotion, m'ont séduit. Merci pour votre livre et votre amitié.
Gérard Le Gouic, poète
 
04/05/2011 16:47:48
Rien que du dessert ! Vous êtes un maître français du haïku. Votre pénétration de l'esprit de cette poésie tient de la divination. Bravo!
Lucien Guérinel, musicien
 
18/04/2011 11:11:02
Cher Roland, j' ai tout de suite aimé l'arc-en-ciel-corde-à-sauter, la mouche et les grillons électroniques, les sms parfumés... autant de bulles d' alacrité. La subtilité des haïcooks a mis plus de temps à me ravir, les papilles et l' esprit s'y disputent et laissent un goût de revenez-y.
Françoise David